Recueillir, reproduire et interpréter les images antiques : le cas de la mythologie illustrée (1er XIXe siècle)

Figure 1 – Johann Joachim Winckelmann, Monumens inédits de l’Antiquité (…), traduits de l’italien en français par A.-F. Désodoards, Paris, 1809, t. III, n°127.

Figure 1 – Johann Joachim Winckelmann, Monumens inédits de l’Antiquité (…), traduits de l’italien en français par A.-F. Désodoards, Paris, 1809, t. III, n°127.

par Elise Lehoux

Cette gravure (Figure 1) représente un épisode de l’Iliade où Machaon, blessé, est aidé par Nestor pour sortir du champ de bataille. La notice de la traduction française des Monumenti antichi inediti de Winckelmann (1767), rappelle que ce fragment n’est connu que par des dessins (t. III, p. 1). La reproduction de la planche est assurée par le graveur François Anne David ou son élève Melle Sibire, qui use de hachures pour donner l’impression de relief et de modelé.

Cette scène est reproduite à nouveau, quelques années plus tard, dans la Galerie mythologique d’Aubin-Louis Millin (1811), cette fois par le fils de Charles Normand (Figure 2). Cette nouvelle forme de reproduction, la gravure au trait, met en valeur les personnages par le biais d’une simple ligne de contours, sans nuances de gris, mise à part le bord externe gauche du fragment. L’image n’est plus l’unique reproduction de la planche, comme dans les Monumens inédits, elle est associée à d’autres sur une pleine page (Figure 3). L’image est ainsi en interaction, en série, avec d’autres « images-objets ».

Figure 2 - Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (...), Paris, 1811, t. 2, n° 577, détail de la planche CLIII.

Figure 2 – Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (…), Paris, 1811, t. 2, n° 577, détail de la planche CLIII.

Figure 3 - Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (...), Paris, 1811, t. 2, n° 577, pl. CLIII.

Figure 3 – Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (…), Paris, 1811, t. 2, n° 577, pl. CLIII.

Dans le même temps, Taylor Combe publie en 1810, dans A Description of the collection of Ancient Terracottas in the British Museum (…), un bas-relief en terre cuite qu’il rapproche du fragment publié par Winckelmann (p. 14, n°20). Des femmes, interprétées comme étant des esclaves assistent à la scène, à l’opposé d’Hécamède (Figure 4).

Figure 4 - Taylor Combe, A Description of the collection of Ancient Terracottas in the British Museum (…), London, 1810, n° 20, pl. XII.

Figure 4 – Taylor Combe, A Description of the collection of Ancient Terracottas in the British Museum (…), London, 1810, n° 20, pl. XII.

Figure 5 - Theodor Panofka, Bilder Antiken Lebens, Berlin, G. Reimer, 1843, pl. VII, n°3.

Figure 5 – Theodor Panofka, Bilder Antiken Lebens, Berlin, G. Reimer, 1843, pl. VII, n°3.

En 1843, Theodor Panofka réutilise cette pièce dans son Bilder Antiken Lebens. Les planches sont composées sur le même modèle que la Galerie. Mais cette fois, la représentation a été recentrée sur les personnages principaux (Figure 5). Les servantes et Hécamède ont disparu de la reproduction, bien que la description l’évoque (p. 9). La bibliographie de la notice mentionne les trois sources précédentes (Winckelmann, Millin, Combe) mais sans aucune différenciation, construisant ainsi une filiation iconographique entre les images sans pour autant distinguer les deux objets.

Ainsi en un demi-siècle, cette représentation a oscillé entre filiation et recréation iconographique, où à chaque nouvelle reproduction, un élément du jeu de composition est décalé, qu’il soit lié à la technique de gravure, à la mise en page ou à la représentation même de l’image, allant jusqu’à la création d’un nouvel objet.

Les archéologues de cette époque reprennent bien souvent des images publiées précédemment pour en proposer de nouvelles interprétations. On peut ainsi suivre le cheminement des images de publications en publications, afin d’apprécier les choix techniques de représentation.

Les manuels de mythologie illustrée publiés en France et en Allemagne au cours du premier XIXe siècle offrent ainsi un terrain d’investigation particulièrement intéressant pour comprendre la place des images dans la construction de savoirs scientifiques, à une époque de transformation des pratiques et du discours savants.

Ces livres sont issus de la tradition des grands recueils sur les antiquités du XVIIIe siècle. Au tournant du siècle, leur forme change : de dimension plus petite, ils sont également plus concis. Destinés au début du XIXe, aux savants, aux amateurs et aux artistes, ils répondent également à des objectifs différents, propres aux auteurs et/ou aux éditeurs et au contexte scientifique transnational de publication.

Dans chaque dispositif particulier, dans chaque planche de chaque livre, l’image reproduite tisse un dialogue avec le présent du texte descriptif mais aussi avec les passés de l’héritage bibliographique et technique de chacune de ces images.

Elise Lehoux (EHESS/Région Ile de France), elise.lehoux@ehess.fr