LA NARRATION VISUELLE AU PROCHE-ORIENT ANCIEN IV : RACONTER EN IMAGES. LA NARRATION VISUELLE DANS L’ART DU PROCHE-ORIENT AU IER MILLÉNAIRE AV. J.-C.

par Francesca Onnis

Au Proche-Orient ancien, la narration figurée atteint une forme grandiose au Ier millénaire av. J.-C., avec les bas-reliefs à sujet historique des palais néo-assyriens (IXe-VIIe s.). Le premier exemple connu se trouve dans le Palais nord-ouest de Nimrud (865-860 av. J.-C.) : dans un complexe iconographique cohérent, des liens d’ordre visuel, logique et spatial unissent les diverses scènes, et les représentations se construisent en formules répétitives, que des détails font varier et raccordent à l’histoire. Ces reliefs exaltent l’excellence du roi, qui conduit son peuple à dominer tous les autres, selon l’idéal traditionnel mésopotamien de la royauté. Les formules iconographiques reprennent également la tradition : ce sont des modèles atemporels, fixes, auxquels la construction du récit représenté et les marqueurs du contexte confèrent une dimension historique (fig. 1). C’est au début de l’expansion territoriale qui mènera à la formation de l’empire assyrien que la narration visuelle est apparue en Assyrie, probablement en relation avec ce contexte politique : très propre à illustrer les hauts faits militaires, elle en offrait une version favorable aux Assyriens, que la forme d’un récit imagé rendait plus vraisemblable, et où le roi incarnait l’idéal du monarque.

Figure 1. Bas-relief avec une scène représentant le siège d’une ville. Nimrud, palais nord-ouest, époque d’Assurnazirpal II : 865-860 av. J.-C. ; gypse, 2,159 x 9,144 m ; British Museum, no inv. BM 124554. http://www.britishmuseum.org/collectionimages/AN00298/AN00298477_001_l.jpg

Changeons de dimensions : à la même époque, la narration figurée s’est développée sur les coupes « phéniciennes », une classe de vaisselle d’origine levantine, au riche décor figuré. Sur ces coupes, l’image a dû s’adapter aux contraintes qu’imposaient le support matériel, sa forme et sa fonction. La forme arrondie du vase a favorisé la disposition du décor en registres concentriques. Le registre se présente comme le cadre le plus apte à la composition narrative ; mais la forme circulaire conduit à fixer le début et la fin de la narration au même point. Ainsi, une coupe de Préneste en Étrurie représente par scènes successives le combat d’un héros contre un monstre : le récit commence et s’achève dans la ville d’où le héros part et où il revient à la fin de son exploit. Quant à la fonction, les coupes « phéniciennes » servant probablement au vin, l’artiste fait en sorte que le regard du spectateur assimile la liqueur versée à l’élément liquide représenté. Une pièce de Chypre (fig. 2) et une autre, de Nimrud, au décor presque identique, usent remarquablement de cet artifice : le médaillon représente des personnages nageant dans un milieu nilotique, quand le registre fait défiler des bateaux, si bien qu’une fois le vase rempli, les personnages semblaient nager dans la boisson, et les bateaux, naviguer à la surface. Or, ces bateaux sont le théâtre d’actions qui dessinent un banquet : on boit, on mange en musique. Puisqu’il est peu vraisemblable que de telles scènes se déroulent sur un bateau, on verra ici une narration simultanée, où l’on fusionne dans une seule scène des épisodes distincts, ici, deux phases d’une même festivité, une procession fluviale et un banquet.

Onnis fig.2Figure 2. Coupe « phénicienne » décorée de scènes de personnages nageant, et de banquet sur bateaux en milieu nilotique. Provenant de Golgoi (Chypre), 825-725 av. J.-C. ; argent, diam. 16,5 cm, haut. 3,7 cm ; Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, no inv. AM 14117 (photo d’après Schäfer, Heinrich, Ägyptische Goldschmiedearbeiten, Berlin 1910, Taf. 15).

Francesca Onnis (Université Lyon2 – UMR 5133 Archéorient) francesca.onnis@mom.fr

LA NARRATION VISUELLE AU PROCHE-ORIENT ANCIEN II : L’ARTICULATION DU TEMPS ET SON EXPRESSION MATÉRIELLE AU TOURNANT DES IVE ET IIIE MILLÉNAIRES AV. J.-C. SIGNES SPATIAUX ET SIGNES TEMPORELS

par Sophie Cluzan

Dans un premier temps, l’intervention s’est attachée à éclairer le rapprochement proposé entre deux termes renvoyant à des mondes éloignés : le langage et l’image. À la suite des travaux de J.-M. Schaeffer[1], une grille de lecture des implications de l’énoncé a été proposée pour servir de fondement et poser la question de savoir si l’on peut parler de narration à propos des images, notamment celles du Proche-Orient ancien.

Au cours du dernier tiers du IVe millénaire, le Proche-Orient connaît une évolution majeure avec la mise en place d’un système de signes – images – permettant de matérialiser et consigner l’information, progressivement dotée des éléments autorisant la relation complexe d’événements. La constatation d’un lien originel de l’écriture à l’image justifie de s’interroger sur les bouleversements que le monde visuel a pu subir lors de cette mise en place. Telle est une des ambitions de D. Schmandt-Besserat[2] qui, étudiant l’évolution des représentations sur différents médias – glyptique, décor céramique ou peinture – depuis les périodes préhistoriques jusqu’à celles de l’écriture, propose d’établir un lien entre cette dernière, les nouveaux processus cognitifs qu’elle génère et l’émergence de nouvelles modalités d’ordonnancement des images. Avec l’écriture, l’expression visuelle aurait évolué vers la narration, utilisant les nouveaux éléments de syntaxe mis au point : hiérarchisation des figures, coexistence dans un même espace, interaction. Le monde de l’image serait passé de la représentation d’un temps unique à celui de temps séquentiels. D. Schmandt-Beserat illustre ce passage par la lecture d’un des monuments clés du tournant des IVe et IIIe millénaires, le vase d’Uruk, dont elle rapproche l’arrangement syntaxique de celui des premières tablettes numérales.

Figure 1. Vase d’Uruk (d’après Joan Aruz et Ronald Wallenfels (eds.), Art of the First Cities. The Third Millennium B.C. from the Mediterranean to the Indus, Metropolitan Museum of Art, 2003, fig. 9, p. 24), https://books.google.fr/books?id=8l9X_3rHFdEC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

La troisième partie de l’intervention a proposé quelques éléments de critique de cette approche, en se fondant, notamment sur le rapprochement que l’on peut établir entre les cachets préhistoriques cités par D. Schmandt-Besserat et l’exemple mentionné par J. Goody[3] à propos des Indiens du Dakota qui constituent les chroniques de leur histoire par un système de signes pictographiques combinés, chacun représentant un événement marquant d’une année passée. En apparence dissociées comme sur les cachets préhistoriques de l’Orient, les unités de base appartiennent en réalité à un système cohérent formant l’histoire.

Figure 2. Stèle des Vautours, http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/Z4BL2K/85-000375.jpg

Enfin, un des monuments emblématiques de l’antiquité orientale pour la question des relations entre image et texte a été discuté : la stèle des Vautours. Cet exemple permet non seulement de remettre en question l’existence d’un lien entre l’arrangement des figures, leur hiérarchisation et la narration de l’histoire commémorée par le texte, mais aussi de démontrer que pour ces sociétés la dimension visuelle ne tend pas à relater l’événement, mais à le sublimer.

Sophie Cluzan (département des Antiquités Orientales, musée du Louvre) sophie.cluzan@louvre.fr / sophie.cluzan@free.fr

[1] Jean-Marie Schaeffer, « Narration visuelle et interprétation » in Mireille Ribière et Jan Baetens (eds), Temps, Narration et Image Fixe, Rodopi, 2001, p. 11-28.

[2] Denise Schmandt-Besserat, When Writing met Art. From Symbol to Story, University of Texas Press, 2007.

[3] Jack Goody, The Interface between the Written and the Oral, Cambridge University Press, 1987.