LA NARRATION VISUELLE AU PROCHE-ORIENT ANCIEN II : L’ARTICULATION DU TEMPS ET SON EXPRESSION MATÉRIELLE AU TOURNANT DES IVE ET IIIE MILLÉNAIRES AV. J.-C. SIGNES SPATIAUX ET SIGNES TEMPORELS

par Sophie Cluzan

Dans un premier temps, l’intervention s’est attachée à éclairer le rapprochement proposé entre deux termes renvoyant à des mondes éloignés : le langage et l’image. À la suite des travaux de J.-M. Schaeffer[1], une grille de lecture des implications de l’énoncé a été proposée pour servir de fondement et poser la question de savoir si l’on peut parler de narration à propos des images, notamment celles du Proche-Orient ancien.

Au cours du dernier tiers du IVe millénaire, le Proche-Orient connaît une évolution majeure avec la mise en place d’un système de signes – images – permettant de matérialiser et consigner l’information, progressivement dotée des éléments autorisant la relation complexe d’événements. La constatation d’un lien originel de l’écriture à l’image justifie de s’interroger sur les bouleversements que le monde visuel a pu subir lors de cette mise en place. Telle est une des ambitions de D. Schmandt-Besserat[2] qui, étudiant l’évolution des représentations sur différents médias – glyptique, décor céramique ou peinture – depuis les périodes préhistoriques jusqu’à celles de l’écriture, propose d’établir un lien entre cette dernière, les nouveaux processus cognitifs qu’elle génère et l’émergence de nouvelles modalités d’ordonnancement des images. Avec l’écriture, l’expression visuelle aurait évolué vers la narration, utilisant les nouveaux éléments de syntaxe mis au point : hiérarchisation des figures, coexistence dans un même espace, interaction. Le monde de l’image serait passé de la représentation d’un temps unique à celui de temps séquentiels. D. Schmandt-Beserat illustre ce passage par la lecture d’un des monuments clés du tournant des IVe et IIIe millénaires, le vase d’Uruk, dont elle rapproche l’arrangement syntaxique de celui des premières tablettes numérales.

Figure 1. Vase d’Uruk (d’après Joan Aruz et Ronald Wallenfels (eds.), Art of the First Cities. The Third Millennium B.C. from the Mediterranean to the Indus, Metropolitan Museum of Art, 2003, fig. 9, p. 24), https://books.google.fr/books?id=8l9X_3rHFdEC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

La troisième partie de l’intervention a proposé quelques éléments de critique de cette approche, en se fondant, notamment sur le rapprochement que l’on peut établir entre les cachets préhistoriques cités par D. Schmandt-Besserat et l’exemple mentionné par J. Goody[3] à propos des Indiens du Dakota qui constituent les chroniques de leur histoire par un système de signes pictographiques combinés, chacun représentant un événement marquant d’une année passée. En apparence dissociées comme sur les cachets préhistoriques de l’Orient, les unités de base appartiennent en réalité à un système cohérent formant l’histoire.

Figure 2. Stèle des Vautours, http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/Z4BL2K/85-000375.jpg

Enfin, un des monuments emblématiques de l’antiquité orientale pour la question des relations entre image et texte a été discuté : la stèle des Vautours. Cet exemple permet non seulement de remettre en question l’existence d’un lien entre l’arrangement des figures, leur hiérarchisation et la narration de l’histoire commémorée par le texte, mais aussi de démontrer que pour ces sociétés la dimension visuelle ne tend pas à relater l’événement, mais à le sublimer.

Sophie Cluzan (département des Antiquités Orientales, musée du Louvre) sophie.cluzan@louvre.fr / sophie.cluzan@free.fr

[1] Jean-Marie Schaeffer, « Narration visuelle et interprétation » in Mireille Ribière et Jan Baetens (eds), Temps, Narration et Image Fixe, Rodopi, 2001, p. 11-28.

[2] Denise Schmandt-Besserat, When Writing met Art. From Symbol to Story, University of Texas Press, 2007.

[3] Jack Goody, The Interface between the Written and the Oral, Cambridge University Press, 1987.

LA NARRATION VISUELLE AU PROCHE-ORIENT ANCIEN I : LES DONNÉES DU PROBLÈME

par Barbara Couturaud

Le 20 mars dernier a eu lieu, dans le cadre des ateliers TransImage, une séance intitulée « La narration visuelle sur les images au Proche-Orient ancien (IVe-Ier millénaires av. J.-C.) »[1].

Le problème de la narration visuelle réside principalement dans sa définition, dans la terminologie employée et dans ses modalités d’emploi : selon les périodes et, de fait, selon nos connaissances relatives à l’« évolution » de l’iconographie au Proche-Orient ancien, les perceptions mais surtout les interprétations du récit en images fluctuent au gré de nombreux facteurs. L’on semble néanmoins s’entendre sur un principe théorique de base : la narration est une suite de faits, impliquant un narrateur ainsi qu’un récepteur, et organisée en séquences relatives au temps et à l’espace. Le narrateur impose ainsi les codes de la narration qui se doivent d’être connus du récepteur.

Figure 1. Fragment de sceau-cylindre figurant deux hommes portant des épis de blé, figuration possible du roi nourricier du troupeau sacré (provenance inconnue ; calcaire ; ht. 6,2 cm ; 3500-3200 av. J.-C. ; musée du Louvre) © RMN, http://www.photo.rmn.fr/archive/87-000933-2C6NU0HPSMP9.html

 Ceci étant entendu, plusieurs questions se posent : la narration visuelle existe-t-elle au Proche-Orient ? Le cas échéant, comment se traduit-elle et évolue-t-elle ? Les images ont-elles pour vocation de raconter un événement et remplacer le texte et, à l’inverse, le texte peut-il revêtir une signification essentiellement visuelle quand il accompagne des images ? S’ancrent-elles nécessairement dans un récit historique ? Cette question prend toute son importance tant l’image est trop souvent perçue comme la simple illustration d’un événement, probablement afin de pallier le manque de données textuelles pour les périodes les plus reculées de l’histoire du Proche-Orient. Cette question prend aussi tout son sens non seulement dans la région qui a vu la naissance de l’écriture, mais encore dans un cadre d’analyse des images emprunté au texte et à la linguistique : est-il pertinent de parler de sens de lecture, de signes et de narration ?

Figure 2. Détail de la partie supérieure de la stèle de Hammurabi : en haut le souverain et le dieu Shamash, dessous le texte de loi (Suse ; diorite ; ht. 225 cm ; 1792-1750 av. J.-C. ; musée du Louvre) © RMN, http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/IFAD3S/94-053636.jpg

Au-delà de ce rapport direct au texte, il faut également prendre en compte le fait que la structure d’une image répond à des contraintes relatives au support : on ne représente pas de la même manière sur un sceau-cylindre et sur une grande stèle. De même, de grands panneaux juxtaposés les uns à côté des autres peuvent impliquer un déplacement du spectateur afin de saisir le propos ou la suite logique des événements, là où un objet de taille réduite induit la simultanéité du propos. Dans ce cas, s’agit-il de narration ou d’évocation ? Voici quelques une des problématiques qui ont été interrogées lors de cet atelier.

Figure 3. Stèle représentant le roi Assurbanipal et son épouse lors d’un repas dans un jardin ; à la branche d’un arbre pend la tête du roi d’Elam, ennemi vaincu (Ninive ; albâtre ; ht. 58,4 cm ; 668-627 av. J.-C. ; British Museum) © British Museum, http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR4_MD5/a/7/9/c/14-546907.jpg

 

Barbara Couturaud (UMR 7041 ArScAn, Ifpo), bcouturaud@yahoo.fr

 

[1] Organisé par Barbara Couturaud, Pascale Linant de Bellefonds et Agnès Rouveret le 20 mars 2015 à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie-René Ginouvès-Nanterre. Communicants : Sophie Cluzan (musée du Louvre, département des Antiquités Orientales), Barbara Couturaud (UMR 7041 ArScAn, Ifpo) et Francesca Onnis (université Lumière Lyon 2). Discutant : Luc Bachelot (UMR 7041 ArScAn).