Images évocatrices de victoires militaires en milieu domestique au IIe s. av. J.-C.

par Dora D’Auria

Les recherches menées dans les maisons du IIe s. av. J.-C. ont démontré que le décor des pièces les plus représentatives était parfois enrichi par la présence d’objets en terre cuite portant des images évocatrices de victoires militaires. Un exemple intéressant est donné par une frise qui, dans le courant de la première moitié du IIe s., décorait le compluvium d’une maison, la domus 2, qui appartenait à l’élite aristocratique de la colonie latine de Fregellae. Cette frise était caractérisée par un trophée central placé entre deux prisonniers ou deux Nikai flanquées d’un trépied surmonté d’un omphalos[1]. Ce genre d’image qui, par la représentation d’une victoire militaire, rappelait les conquêtes de Rome autour de la Méditerranée, ne concernait pas seulement les maisons des notables d’une colonie latine, mais était diffusé également auprès des classes moyennes d’une ville alliée de l’Urbs, comme Pompéi. Ici, la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5), au cours de la deuxième moitié du IIe s., présentait des objets en terre cuite qui complétaient l’ornement en Ier style de son atrium et de la cour de la partie arrière. Cette dernière était décorée par des larmiers en forme de proue de navire (fig. 1), vraisemblablement de type punique, qui constituaient une reproduction des trophées qui ornaient les maisons des généraux romains et dont un exemple exceptionnel est offert, pour le siècle suivant, par la domus rostrata de Pompée.

Fig. 1. Proue de navire en terre cuite (h. 12 ; l. 15,8 cm) qui pendant la deuxième moitié du IIe siècle ornait la cour de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi (cliché D. D’Auria).

Fig. 1. Proue de navire en terre cuite (h. 12 ; l. 15,8 cm) qui pendant la deuxième moitié du IIe siècle ornait la cour de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi (cliché D. D’Auria).

L’atrium, quant à lui, était enrichi par la présence de plaques en terre cuite (fig. 2) moulées et peintes à la détrempe de calcite avec des couleurs précieuses comme le bleu égyptien et le cinabre. Leur iconographie était caractérisée par deux personnages orientaux, vêtus d’une tunique à manches longues et d’un bonnet phrygien, placés de part et d’autre d’un bouclier. Ce dernier était orné d’un gorgoneion, comme le montre une comparaison avec d’autres plaques de même type trouvées à Pompéi, Aeclanum et Armentum et datables entre le IIe et le Ier s. av. J.-C.[2]

Fig. 2. Plaque en terre cuite (h. 14,5 ; l. 29,5 cm) complément décoratif de l’atrium de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi au IIe s. av. J.-C. (cliché D. D’Auria).

Fig. 2. Plaque en terre cuite (h. 14,5 ; l. 29,5 cm) complément décoratif de l’atrium de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi au IIe s. av. J.-C. (cliché D. D’Auria).

La présence d’images que l’on peut rapporter à des victoires militaires à l’intérieur de maisons relativement modestes et appartenant à des personnes qui n’avaient pas d’importantes charges publiques reflète l’esprit d’un siècle de guerres et de conquêtes auxquelles les classes moyennes italiques aussi avaient participé et constitue, d’autre part, une tentative d’imitation du prestige de l’élite aristocratique.

Dora D’Auria

doradauria@yahoo.fr

 


[1] F. Coarelli, Due fregi da Fregellae: un documento storico della prima guerra siriaca?, dans Cicli figurativi in terracotta di età repubblicana. Atti del convegno internazionale Chianciano Terme 1992, Ostraka 3.1 (1994), pp. 93-108.

[2] R. Cassetta, C. Costantino, La Casa del Naviglio (VI,10,11) e le botteghe VI,10,10 e VI,10,12, dans F. Coarelli, F. Pesando, Rileggere Pompei. L’insula 10 della Regio VI, Rome 2006, pp. 243-333 et G. Pellino, Rilievi architettonici fittili di età imperiale dalla Campania, Rome 2006.

Recueillir, reproduire et interpréter les images antiques : le cas de la mythologie illustrée (1er XIXe siècle)

Figure 1 – Johann Joachim Winckelmann, Monumens inédits de l’Antiquité (…), traduits de l’italien en français par A.-F. Désodoards, Paris, 1809, t. III, n°127.

Figure 1 – Johann Joachim Winckelmann, Monumens inédits de l’Antiquité (…), traduits de l’italien en français par A.-F. Désodoards, Paris, 1809, t. III, n°127.

par Elise Lehoux

Cette gravure (Figure 1) représente un épisode de l’Iliade où Machaon, blessé, est aidé par Nestor pour sortir du champ de bataille. La notice de la traduction française des Monumenti antichi inediti de Winckelmann (1767), rappelle que ce fragment n’est connu que par des dessins (t. III, p. 1). La reproduction de la planche est assurée par le graveur François Anne David ou son élève Melle Sibire, qui use de hachures pour donner l’impression de relief et de modelé.

Cette scène est reproduite à nouveau, quelques années plus tard, dans la Galerie mythologique d’Aubin-Louis Millin (1811), cette fois par le fils de Charles Normand (Figure 2). Cette nouvelle forme de reproduction, la gravure au trait, met en valeur les personnages par le biais d’une simple ligne de contours, sans nuances de gris, mise à part le bord externe gauche du fragment. L’image n’est plus l’unique reproduction de la planche, comme dans les Monumens inédits, elle est associée à d’autres sur une pleine page (Figure 3). L’image est ainsi en interaction, en série, avec d’autres « images-objets ».

Figure 2 - Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (...), Paris, 1811, t. 2, n° 577, détail de la planche CLIII.

Figure 2 – Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (…), Paris, 1811, t. 2, n° 577, détail de la planche CLIII.

Figure 3 - Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (...), Paris, 1811, t. 2, n° 577, pl. CLIII.

Figure 3 – Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique (…), Paris, 1811, t. 2, n° 577, pl. CLIII.

Dans le même temps, Taylor Combe publie en 1810, dans A Description of the collection of Ancient Terracottas in the British Museum (…), un bas-relief en terre cuite qu’il rapproche du fragment publié par Winckelmann (p. 14, n°20). Des femmes, interprétées comme étant des esclaves assistent à la scène, à l’opposé d’Hécamède (Figure 4).

Figure 4 - Taylor Combe, A Description of the collection of Ancient Terracottas in the British Museum (…), London, 1810, n° 20, pl. XII.

Figure 4 – Taylor Combe, A Description of the collection of Ancient Terracottas in the British Museum (…), London, 1810, n° 20, pl. XII.

Figure 5 - Theodor Panofka, Bilder Antiken Lebens, Berlin, G. Reimer, 1843, pl. VII, n°3.

Figure 5 – Theodor Panofka, Bilder Antiken Lebens, Berlin, G. Reimer, 1843, pl. VII, n°3.

En 1843, Theodor Panofka réutilise cette pièce dans son Bilder Antiken Lebens. Les planches sont composées sur le même modèle que la Galerie. Mais cette fois, la représentation a été recentrée sur les personnages principaux (Figure 5). Les servantes et Hécamède ont disparu de la reproduction, bien que la description l’évoque (p. 9). La bibliographie de la notice mentionne les trois sources précédentes (Winckelmann, Millin, Combe) mais sans aucune différenciation, construisant ainsi une filiation iconographique entre les images sans pour autant distinguer les deux objets.

Ainsi en un demi-siècle, cette représentation a oscillé entre filiation et recréation iconographique, où à chaque nouvelle reproduction, un élément du jeu de composition est décalé, qu’il soit lié à la technique de gravure, à la mise en page ou à la représentation même de l’image, allant jusqu’à la création d’un nouvel objet.

Les archéologues de cette époque reprennent bien souvent des images publiées précédemment pour en proposer de nouvelles interprétations. On peut ainsi suivre le cheminement des images de publications en publications, afin d’apprécier les choix techniques de représentation.

Les manuels de mythologie illustrée publiés en France et en Allemagne au cours du premier XIXe siècle offrent ainsi un terrain d’investigation particulièrement intéressant pour comprendre la place des images dans la construction de savoirs scientifiques, à une époque de transformation des pratiques et du discours savants.

Ces livres sont issus de la tradition des grands recueils sur les antiquités du XVIIIe siècle. Au tournant du siècle, leur forme change : de dimension plus petite, ils sont également plus concis. Destinés au début du XIXe, aux savants, aux amateurs et aux artistes, ils répondent également à des objectifs différents, propres aux auteurs et/ou aux éditeurs et au contexte scientifique transnational de publication.

Dans chaque dispositif particulier, dans chaque planche de chaque livre, l’image reproduite tisse un dialogue avec le présent du texte descriptif mais aussi avec les passés de l’héritage bibliographique et technique de chacune de ces images.

Elise Lehoux (EHESS/Région Ile de France), elise.lehoux@ehess.fr