L’imagerie hybride entre le passé et le présent : L’ethnofuturisme finno-ougrien en connexion avec les trésors sacrés de la Kama

par Olessia Koudriavtseva-Velmans

Une philosophie, une méthode ou encore un mouvement artistique et intellectuel, l’ethnofuturisme est à la fois tourné vers les cultures ancestrales et orienté vers un avenir identitaire d’un peuple contemporain. L’ethnofuturisme est né à la fin des années 1980 dans un milieu littéraire estonien animé par le désir de la liberté nationale et la recherche de la place qu’aurait une culture locale dans un monde mondialisé. Ensuite, le mouvement s’est répandu dans la société finno-ougrienne et particulièrement à l’Est. Les artistes contemporains oudmourtes, mordves, maris, komis, khantys, mansis apportent au mouvement leur touche distinctive et ouvrent de nouvelles perspectives en employant l’imaginaire issu des cultures archéologiques datées entre le 1er millénaire av. J.-C. et le début du 1er millénaire de notre ère. S’inspirant des cultures anciennes de la vaste région de l’Oural située à cheval sur l’Europe et l’Asie, les artistes actuels tentent à leur manière de nouer les liens entre le passé et le présent, ils interrogent la mémoire collective, ainsi que des affinités entre les peuples contemporains et les peuples disparus qui vécurent sur ces territoires.

Les sources d’inspiration de ces artistes sont multiples, on remarque un mixage de l’imagerie issue de la tradition orale et plastique, un mélange des ornements traditionnels avec des rites et des savoir-faire. Les artistes s’inspirent des sujets mythiques et légendaires conservés dans les cultures locales, cependant, les formes traditionnelles finno-ougriennes se mêlent aux masques africains, se greffent à l’art tribal de l’Inde. C’est la façon bien particulière de l’etnofuturisme de faire vivre la tradition ancestrale d’un peuple en la projetant dans un futur imaginaire, mais aussi au-delà de lui-même, c’est-à-dire au-delà du temps dans lequel vit ce peuple, au-delà de ses terres et au-delà de ses traditions, afin d’aller toujours plus loin vers une expression dite « ethno » qui est en réalité aussi multifacette que le monde.

Figure 1 De gauche à droite :  Svetlana Tot, Arbre de vie. ( http://finnougoria.ru/ethnology/art/871/#photo_871_9718 ) Pavel Mikouchev, Dialogue. ( http://finnougoria.ru/ethnology/art/1072/#photo_1072_10869 ) Andreï Aliochkine, Du cercle de la vie. ( http://finnougoria.ru/ethnology/art/1693/#photo_1693_15326 ) Source des images : Site officiel du Centre culturel finno-ougrien de La Fédération de Russie http://finnougoria.ru

Figure 1
De gauche à droite :
Svetlana Tot, Arbre de vie ( http://finnougoria.ru/ethnology/art/871/#photo_871_9718 )
Pavel Mikouchev, Dialogue ( http://finnougoria.ru/ethnology/art/1072/#photo_1072_10869 )
Andreï Aliochkine, Du cercle de la vie ( http://finnougoria.ru/ethnology/art/1693/#photo_1693_15326 )
Source des images : Site officiel du Centre culturel finno-ougrien de La Fédération de Russie http://finnougoria.ru

L’hybridation des temps et des cultures qui est au cœur de l’ethnofuturisme est d’autant plus forte que c’est précisément les êtres hybrides qui deviennent les principaux acteurs des nombreuses compositions ethnofuturistes. Il s’agit de la reprise d’images composant de petites plaques, en bronze ou en cuivre, créées au moyen des techniques de la fonte entre les Ier et XIIe siècles et qui proviennent de lieux de culte, de sites funéraires et métallurgiques situés près du fleuve de la Kama et sur les territoires annexes. Ce type de monument se répand jusqu’aux régions de l’Ob et du Ienisseï. Il s’agit d’une imagerie hybride aussi variée que surprenante : des hommes zoomorphes et des animaux anthropomorphes, des hommes–ours et des ours humanisés, des humains–élans et de nombreux êtres hybrides ornithomorphes, des compositions tripartites cycliques, où le divin, l’animal et l’humain sont réunis en représentations de l’Univers composé du monde céleste, terrestre et souterrain.

Figure 2 De gauche à droite : Plaque sculptée, VI-VIII s., bronze, découvert près du village Nyrguinda, Oudmourtie, le Musée National de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, http://www.hermitagemuseum.org ( http://www.hermitagemuseum.org/html_En/03/hm3_2_12e.html ) Homme-ours, I-III s., bronze, découvert près de la rivière Garevaïa, kraï de Perm, le Musée National de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, http://www.hermitagemuseum.org ( http://www.hermitagemuseum.org/html_En/03/hm3_2_12a.html ) Ornithomorphe, VI-IX s., bronze, kraï de Perm, le Musée National de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, http://www.hermitagemuseum.org ( http://www.hermitagemuseum.org/html_En/03/hm3_2_12c.html ) Clichés d’Olessia Koudriavtseva-Velmans

Figure 2
De gauche à droite :
Plaque sculptée, VI-VIII s., bronze, découvert près du village Nyrguinda, Oudmourtie, le Musée National de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg ( http://www.hermitagemuseum.org/html_En/03/hm3_2_12e.html)
Homme-ours, I-III s., bronze, découvert près de la rivière Garevaïa, kraï de Perm, le Musée National de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg ( http://www.hermitagemuseum.org/html_En/03/hm3_2_12a.html )
Ornithomorphe, VI-IX s., bronze, kraï de Perm, le Musée National de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg ( http://www.hermitagemuseum.org/html_En/03/hm3_2_12c.html )
Clichés d’Olessia Koudriavtseva-Velmans

Olessia Koudriavtseva-Velmans
HAR – Université Paris Ouest Nanterre La Défense
olession@hotmail.com

 

 

L’arc d’Orange et ses présents

par Florian Stilp

La réception que l’arc d’Orange a connue depuis le XIIème siècle s’exprime dans des textes et images manifestant de tels contrastes que ces documents ne semblent pas toujours se référer à un même monument, si nous les considérons avec le regard de notre propre présent.

L’arc d’Orange vu du nord-est, photo par Florian Stilp

L’arc d’Orange vu du nord-est, photo par Florian Stilp

L’arc romain d’Orange a capté l’attention de personnes d’époques et d’intérêts fort différents. Il a été perçu, par exemple, comme modèle architectural idéal, comme triste ruine ou, au contraire, comme ruine évocatrice dans un paysage pastoral fictif, en passant par de multiples reconstitutions de son possible aspect antique. Nous nous trouvons ainsi devant un dossier de témoignages de nature hétérogène et de ce fait passionnants pour toute recherche dédiée à la dynamique des images.

Johann Bernhard Fischer von Erlach, « Entwurff einer historischen Architectur », tome second, détail de la planche V (1721/1725)

Johann Bernhard Fischer von Erlach, « Entwurff einer historischen Architectur », tome second, détail de la planche V (1721/1725)

Ce monument antique a été, pour le dire encore autrement, transformé par le regard propre à chaque époque et à chaque spectateur-auteur. Il en résulte une variété surprenante d’approches destinées à s’approprier cette « image-objet » considérée comme remarquable dans ses passés successifs, en quelque sorte porteuse d’éclat pour tous ses remplois ou évocations. On peut s’interroger sur les raisons concrètes derrière chacune de ces appropriations qui, toujours, chargent l’image du monument, et le monument même, d’un sens ancien ou d’un nouveau sens. Ces différentes appropriations, significatives pour l’histoire culturelle, nous font également mieux comprendre l’aspect donné à l’arc d’Orange par notre propre présent. Sa prétendue « parfaite conservation » n’est finalement que le fruit du perfectionnement d’une approche déjà propre aux antiquaires modernes qui veillaient à effacer de leurs planches et descriptions toutes les traces du passé médiéval, jugé moins noble que le passé antique. Ainsi, le choix politico-culturel d’une période de référence se révèle, une fois de plus, fondamental, pour la construction du passé comme pour la perception du présent.

Communication d’ouverture de l’atelier TransImage, le 7 février 2014

Ce thème a fait l’objet d’une étude détaillée dans le cadre d’une HDR soutenue par l’auteur le 23 novembre 2013 à l’Université Paris-Sorbonne.

Florian Stilp, labex Les passés dans le présent, florian.stilp@mae.u-paris10.fr