Beuverie et burlesque dans l’imagerie laconienne : réflexions autour du kômos et de l’obscène

par Adrien Delahaye

L’évocation de Sparte renvoie immédiatement à deux stéréotypes majeurs : l’austérité et le militarisme. La difficulté à dépasser ces stéréotypes réside dans ce que F. Ollier a appelé le « mirage spartiate » : la réalité historique de la cité semble avoir largement disparu derrière la somme des discours orientés de la tradition littéraire. D’où l’intérêt de faire appel aux sources iconographiques laconiennes. La tradition littéraire dépeint la société spartiate de l’époque classique, voire hellénistique. Les œuvres, les images des producteurs laconiens datent quant à elles de l’époque archaïque et nous dépeignent un imaginaire parfois très éloigné de cette austérité supposée.

Coupe laconienne 192 du Cabinet des Médailles de la BNF. Peintre de la Chasse, vers 550-530 av. J.-C. (cliché A. Delahaye)

Coupe laconienne 192 du Cabinet des Médailles de la BNF. Peintre de la Chasse, vers 550-530 av. J.-C. (cliché A. Delahaye)

L’une des grandes sphères de l’imagerie laconienne est celle du banquet, de la commensalité et du vin. En cela, la production laconienne ne diffère guère de celle des autres séries céramiques, puisque l’on retrouve les mêmes proportions de vases illustrant cette thématique dans les styles corinthien, attique ou béotien. Le thème panhellénique du kômos — une figuration plus ou moins abstraite d’une fête collective, d’un moment de réjouissances, qui peut associer vin, musique, danse et burlesque et qui est souvent lié au symposion — se trouve notamment avoir été particulièrement plébiscité par les artistes laconiens. Un sous-type, le kômos obscène, apparaît à Corinthe et en Béotie dès le début du VIe siècle av. J.-C. Plus tardivement, à la fin du siècle, on en trouve en bien plus grand nombre à Athènes.

Coupe laconienne E1986 du Musée de Pratica di Mare. Peintre de Naucratis, vers 560-550 av. J.-C., trouvée dans le Sanctuaire des treize autels à Lavinium (dessin C.M. Stibbe, Lakonische Vasenmaler. Supplement, Mayence, 2004, fig. 2, p. 19)

Coupe laconienne E1986 du Musée de Pratica di Mare. Peintre de Naucratis, vers 560-550 av. J.-C., trouvée dans le Sanctuaire des treize autels à Lavinium (dessin C.M. Stibbe, Lakonische Vasenmaler. Supplement, Mayence, 2004, fig. 2, p. 19)

Une approche comparatiste de ces sources iconographiques laconiennes rend possible une reprise de la question de l’austérité spartiate à l’époque archaïque. À travers ce thème du kômos, et plus spécifiquement les scènes obscènes, il est possible d’affirmer que les artistes laconiens traitent ce thème dans des proportions équivalentes à celle des autres styles.
D’autre part, des éléments extérieurs, essentiellement corinthiens, sont évidents mais les nombreux ajouts et modifications révèlent une réappropriation de ces éléments et même une part d’inventivité, d’innovation véritable. Soit autant de signes d’un dynamisme propre des artistes laconiens. On ne peut postuler la simple imitation de modèles extérieurs, sans lien avec le contexte laconien. Il est par conséquent possible d’utiliser ces sources iconographiques comme une clef d’accès vers l’imaginaire de la société spartiate et laconienne.
Les nombreuses représentations des comastes et de leurs excès quant à la consommation du vin, la danse, la pudeur ou le contrôle de soi, s’accommodent mal des stéréotypes de l’austérité spartiate et devraient contribuer à leur remise en cause et à une nouvelle datation d’une supposée révolution lycurguéenne imposant l’austérité dans la cité.

Adrien Delahaye, allocataire doctorant, Centre Michel de Boüard-CRAHAM UMR 6273 (UCBN/CNRS), Université de Caen Basse-Normandie, adrien.delahaye@unicaen.fr

Les expérimentations de l’image de la Gorgone en Grèce orientalisante

par Christian Mazet

Dans l’art grec, l’époque orientalisante (720-580 av. J.-C.) correspond à une période d’intenses expérimentations iconographiques. Une imagerie venue en grande partie du monde oriental, peuplée de monstres fantastiques, se mêle aux traditions mythologiques locales diffusées par les récits homériques et hésiodiques. Parmi ces créatures monstrueuses, la Gorgone semble témoigner d’une création proprement hellénique. Chez Homère, il n’existe qu’une Gorgone, terrifiante et liée à l’Hadès. C’est ainsi qu’elle est décrite, gardienne des Enfers dans l’Odyssée, réduite à une « tête gorgonéenne » (VIII, 337-349; XI, 633-635) ou ornant l’Égide de la déesse d’Athéna et le bouclier d’Agamemnon dans l’Iliade (V, 741-742; XI, 36-37). Le mythe de Méduse et Persée apparaît pour la première fois dans la Théogonie d’Hésiode, où trois Gorgones sont mentionnées: Sthéno, Euryalé et Méduse.

Fig. 1 – Amphore protoattique attribuée au Peintre de Polyphème, d'Eleusis. 680-670 av. J.-C. Musée archéologique d'Eleusis, n° inv. 2630 - © Creative Commons, Photo by Richard Pianka - https://www.flickr.com/photos/rpianka/466355047/

Fig. 1 – Amphore protoattique attribuée au Peintre de Polyphème, d’Eleusis. 680-670 av. J.-C. Musée archéologique d’Eleusis, n° inv. 2630 – © Creative Commons, Photo by Richard Pianka – https://www.flickr.com/photos/rpianka/466355047/

C’est de cette tradition littéraire hésiodique que s’inspire la première image de la Gorgone, représentée sur un vase protoattique monumental, l’Amphore d’Eleusis (fig. 1). Ayant probablement servi de contenant funéraire, elle figure l’épisode de la fuite de Persée après la décapitation de Méduse, poursuivi par les soeurs de cette dernière et protégé par Athéna. Les têtes des deux Gorgones en course révèlent une originalité singulière, loin des faces gorgonéennes canoniques de l’époque archaïque au caractère mi léonin, mi humanisé. Elles prennent la forme de chaudrons orientaux à protomés léonines et serpentiformes, chypro-levantins et ourartéens. Dans ces Gorgones à tête de chaudrons il faut donc interpréter l’impact d’une culture visuelle particulièrement évocatrice, transformée par l’imagination du peintre pour s’insérer dans la représentation du mythe.

Fig. 2 – Amphore cylcladique à relief, de Thèbes. 675-665 av. J.-C. Musée du Louvre, n° inv. CA 795 - © Wikimedia Commons, Photo by Marie-Lan Nguyen -http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3APerseus_Medusa_Louvre_CA795.jpg

Fig. 2 – Amphore cylcladique à relief, de Thèbes. 675-665 av. J.-C. Musée du Louvre, n° inv. CA 795 – © Wikimedia Commons, Photo by Marie-Lan Nguyen – http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3APerseus_Medusa_Louvre_CA795.jpg

D’autres images orientalisantes présentent cette association avec le mythe de Persée. Une amphore à relief de production cycladique figure l’épisode qui précède la fuite, celui de la décapitation de Méduse (fig. 2). La figure de la Gorgone au corps de cheval témoigne encore d’une expérimentation de l’image. À part quelques images sur des sceaux archaïques, cette déclinaison n’aura pas de succès. Il en est de même pour la Gorgone-Sphinx, figurée au moins sur un ivoire du milieu du VIIe s. du sanctuaire d’Artémis Orthia à Sparte. Enfin, mentionnons l’association, à la fin du VIIe s., de la face gorgonéenne avec l’image de la maîtresse des animaux. Elle se retrouve sur le fronton de temple d’Artémis à Corfu ou encore sur un plat de Doride de l’Est provenant de la nécropole de Camiros (fig. 3). Dans ce dernier cas, la Potnia-Gorgone revêt un caractère fortement apotropaïque, à mettre en relation avec la destination funéraire de son support. Ses ailes, notamment, l’assimilent aux créatures hybrides qui gardent l’entrée des ténèbres.

Fig. 3 – Plat de Doride de l'Est, de Camiros. 610-590 av. J.-C. British Museum, n° inv. BM GR1860.4-4.2 - © Wikimedia Commons, Photo by Marie-Lan Nguyen - http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AGorgon_Kameiros_BM_GR1860.4-4.2.jpg

Fig. 3 – Plat de Doride de l’Est, de Camiros. 610-590 av. J.-C. British Museum, n° inv. BM GR1860.4-4.2 – © Wikimedia Commons, Photo by Marie-Lan Nguyen – http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AGorgon_Kameiros_BM_GR1860.4-4.2.jpg

Gorgones à tête de chaudron, Gorgones chevalines, Gorgones-Sphinx ou Potniai-Gorgones, ces différentes versions d’une image dans l’art grec orientalisant induisent toutes une part d’expérimentation créative qui est le propre de la période étudiée.

Communication présentée lors de l’atelier TransImage, le 14 mars 2014

Christian Mazet, École Pratique des Hautes Études – christianmazet@laposte.net