Des animaux et des dieux : lecture et interprétation des sceaux sassanides

par Delphine Poinsot

La civilisation sassanide (224-651) nous a laissé un vaste répertoire d’images dans le corpus des sceaux et des bulles. L’analyse que nous en faisons repose principalement sur les sources textuelles, essentiellement liées au zoroastrisme, religion majoritaire et officielle de l’empire. Cependant, la plupart des objets n’ayant pas de contexte archéologique, les questions de datation, de fonction et d’utilisation ont des réponses limitées.Poinsot Figure 1 D. Poinsot            Dans l’art sigillaire sassanide, les compositions iconographiques fonctionnent en types et variantes. L’analyse du corpus implique la création d’une méthode de lecture des représentations, son traitement statistique pour en comprendre la structure, et la confrontation avec les sources textuelles. Les iconographies sont décomposées en quatre éléments (voir fig.n°1), qui peuvent servir d’outils à l’exégèse d’un type. Ainsi, lorsqu’il porte un ruban, le bélier est le symbole du farr du roi. Le farr est une entité intangible donnée par les dieux aux humains, existant sous une forme spécifique pour les rois. Le bélier ayant de nombreuses interprétations possibles, notamment comme signe du Zodiaque, l’ajout du ruban permet d’affirmer une symbolique particulière. Le propriétaire de l’objet participe alors au farr royal, partage central dans la conception sassanide de la royauté.
Poinsot Figure 2 D. Poinsot

Outre le ruban, certains animaux sont représentés ailés, comme le chameau (fig.n°2). En moyen-perse, langue de la civilisation sassanide, il existe un seul mot pour nommer le chameau et le dromadaire : ushtâr, traduit par chameau. Dans l’iconographie sassanide, les ailes sont un symbole de divinité et elles lient ceux qui les portent au panthéon zoroastrien. Dans l’hymne qui lui est dédié (Yasht), le dieu Wahrâm possède dix avatars, décrits avec les mêmes éléments. L’un d’eux cependant bénéficie d’une description différente et plus longue : le chameau. De ce fait, il semble être l’animal de prédilection de Wahrâm. Cette prédilection s’explique aussi par le rôle de protecteur des voyageurs assumé par Wahrâm qui, dans un empire au cœur de la Route de la Soie, devait être particulièrement important. Par conséquent, les ailes du chameau attachent sa représentation à celle du dieu Wahrâm.

Ainsi, la compréhension des iconographies demande autant une attention aux détails qu’une appréhension plus large de la structure du corpus et de son rapport aux textes, et nous permet d’appréhender la façon dont une société construit son rapport au monde.

 

Delphine Poinsot, EPHE, poinsotdelphine@gmail.com