Images évocatrices de victoires militaires en milieu domestique au IIe s. av. J.-C.

par Dora D’Auria

Les recherches menées dans les maisons du IIe s. av. J.-C. ont démontré que le décor des pièces les plus représentatives était parfois enrichi par la présence d’objets en terre cuite portant des images évocatrices de victoires militaires. Un exemple intéressant est donné par une frise qui, dans le courant de la première moitié du IIe s., décorait le compluvium d’une maison, la domus 2, qui appartenait à l’élite aristocratique de la colonie latine de Fregellae. Cette frise était caractérisée par un trophée central placé entre deux prisonniers ou deux Nikai flanquées d’un trépied surmonté d’un omphalos[1]. Ce genre d’image qui, par la représentation d’une victoire militaire, rappelait les conquêtes de Rome autour de la Méditerranée, ne concernait pas seulement les maisons des notables d’une colonie latine, mais était diffusé également auprès des classes moyennes d’une ville alliée de l’Urbs, comme Pompéi. Ici, la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5), au cours de la deuxième moitié du IIe s., présentait des objets en terre cuite qui complétaient l’ornement en Ier style de son atrium et de la cour de la partie arrière. Cette dernière était décorée par des larmiers en forme de proue de navire (fig. 1), vraisemblablement de type punique, qui constituaient une reproduction des trophées qui ornaient les maisons des généraux romains et dont un exemple exceptionnel est offert, pour le siècle suivant, par la domus rostrata de Pompée.

Fig. 1. Proue de navire en terre cuite (h. 12 ; l. 15,8 cm) qui pendant la deuxième moitié du IIe siècle ornait la cour de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi (cliché D. D’Auria).

Fig. 1. Proue de navire en terre cuite (h. 12 ; l. 15,8 cm) qui pendant la deuxième moitié du IIe siècle ornait la cour de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi (cliché D. D’Auria).

L’atrium, quant à lui, était enrichi par la présence de plaques en terre cuite (fig. 2) moulées et peintes à la détrempe de calcite avec des couleurs précieuses comme le bleu égyptien et le cinabre. Leur iconographie était caractérisée par deux personnages orientaux, vêtus d’une tunique à manches longues et d’un bonnet phrygien, placés de part et d’autre d’un bouclier. Ce dernier était orné d’un gorgoneion, comme le montre une comparaison avec d’autres plaques de même type trouvées à Pompéi, Aeclanum et Armentum et datables entre le IIe et le Ier s. av. J.-C.[2]

Fig. 2. Plaque en terre cuite (h. 14,5 ; l. 29,5 cm) complément décoratif de l’atrium de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi au IIe s. av. J.-C. (cliché D. D’Auria).

Fig. 2. Plaque en terre cuite (h. 14,5 ; l. 29,5 cm) complément décoratif de l’atrium de la Protocasa del Granduca Michele (VI,5,5) de Pompéi au IIe s. av. J.-C. (cliché D. D’Auria).

La présence d’images que l’on peut rapporter à des victoires militaires à l’intérieur de maisons relativement modestes et appartenant à des personnes qui n’avaient pas d’importantes charges publiques reflète l’esprit d’un siècle de guerres et de conquêtes auxquelles les classes moyennes italiques aussi avaient participé et constitue, d’autre part, une tentative d’imitation du prestige de l’élite aristocratique.

Dora D’Auria

doradauria@yahoo.fr

 


[1] F. Coarelli, Due fregi da Fregellae: un documento storico della prima guerra siriaca?, dans Cicli figurativi in terracotta di età repubblicana. Atti del convegno internazionale Chianciano Terme 1992, Ostraka 3.1 (1994), pp. 93-108.

[2] R. Cassetta, C. Costantino, La Casa del Naviglio (VI,10,11) e le botteghe VI,10,10 e VI,10,12, dans F. Coarelli, F. Pesando, Rileggere Pompei. L’insula 10 della Regio VI, Rome 2006, pp. 243-333 et G. Pellino, Rilievi architettonici fittili di età imperiale dalla Campania, Rome 2006.

L’arc d’Orange et ses présents

par Florian Stilp

La réception que l’arc d’Orange a connue depuis le XIIème siècle s’exprime dans des textes et images manifestant de tels contrastes que ces documents ne semblent pas toujours se référer à un même monument, si nous les considérons avec le regard de notre propre présent.

L’arc d’Orange vu du nord-est, photo par Florian Stilp

L’arc d’Orange vu du nord-est, photo par Florian Stilp

L’arc romain d’Orange a capté l’attention de personnes d’époques et d’intérêts fort différents. Il a été perçu, par exemple, comme modèle architectural idéal, comme triste ruine ou, au contraire, comme ruine évocatrice dans un paysage pastoral fictif, en passant par de multiples reconstitutions de son possible aspect antique. Nous nous trouvons ainsi devant un dossier de témoignages de nature hétérogène et de ce fait passionnants pour toute recherche dédiée à la dynamique des images.

Johann Bernhard Fischer von Erlach, « Entwurff einer historischen Architectur », tome second, détail de la planche V (1721/1725)

Johann Bernhard Fischer von Erlach, « Entwurff einer historischen Architectur », tome second, détail de la planche V (1721/1725)

Ce monument antique a été, pour le dire encore autrement, transformé par le regard propre à chaque époque et à chaque spectateur-auteur. Il en résulte une variété surprenante d’approches destinées à s’approprier cette « image-objet » considérée comme remarquable dans ses passés successifs, en quelque sorte porteuse d’éclat pour tous ses remplois ou évocations. On peut s’interroger sur les raisons concrètes derrière chacune de ces appropriations qui, toujours, chargent l’image du monument, et le monument même, d’un sens ancien ou d’un nouveau sens. Ces différentes appropriations, significatives pour l’histoire culturelle, nous font également mieux comprendre l’aspect donné à l’arc d’Orange par notre propre présent. Sa prétendue « parfaite conservation » n’est finalement que le fruit du perfectionnement d’une approche déjà propre aux antiquaires modernes qui veillaient à effacer de leurs planches et descriptions toutes les traces du passé médiéval, jugé moins noble que le passé antique. Ainsi, le choix politico-culturel d’une période de référence se révèle, une fois de plus, fondamental, pour la construction du passé comme pour la perception du présent.

Communication d’ouverture de l’atelier TransImage, le 7 février 2014

Ce thème a fait l’objet d’une étude détaillée dans le cadre d’une HDR soutenue par l’auteur le 23 novembre 2013 à l’Université Paris-Sorbonne.

Florian Stilp, labex Les passés dans le présent, florian.stilp@mae.u-paris10.fr