Les ailes de l’absence. Aperçu des peintures rupestres de la Serra da Capivara – Piaui, Brésil

par Pascale Binant

Parmi les très nombreuses représentations animales que comptent les peintures rupestres de la Serra da Capivara au Brésil, dans la région du Nordeste, les figures d’ornithomorphes sont parmi les plus fréquentes avec celles des cervidés. Pour autant, de prime abord, leur présence ne s’impose pas, comme s’ils se fondaient, anonymes, dans le vivant des scènes dont regorge ce site riche de plus de mille abris peints. En effet, sur les parois des abris, ici appelés tocas, ces peintures réunissent  animaux et humains, hommes, femmes et enfants bien caractérisés,  en nombre et souvent dans des situations signifiantes.

Le rendu de ces peintures dont on peut percevoir plusieurs « mains » ou factures, permet, dans un premier temps,  d’identifier certaines espèces (Fig.1).

Le Nandou –  Rhea americana, est facilement reconnaissable.  Espèce de la famille des Rheidae, voisine de l’autruche, elle est spécifique de l’Amérique du Sud dont elle est aujourd’hui le plus grand oiseau vivant. Avec son long cou à la courbure si caractéristique, ses hautes pattes aux articulations anguleuses, son gros corps tout en plumes et sa petite tête tout en rondeur au bec pointu, rarement seul mais à plusieurs, en file, comme souvent dans la nature, le Nandou a été le sujet de très nombreuses figurations aux rendus diversifiés, parfois très inspirés.  Les vestiges d’une espèce fossile : Rhea fossilis ont été mis au jour à l’occasion des fouilles de la Toca das Moedas[i].

Pour autant, les très nombreuses figures d’oiseaux à long cou et hautes pattes ne font pas toujours penser au Nandou. Des échassiers peuvent avoir été représentés dont l’anatomie ne présente aucun caractère original qui permettrait de les identifier. La Seriema – Cariama cristata que l’on rencontre parfois sur les chemins du parc de la Serra da Capivara pourrait en être. Gruiforme de la famille des Cariamidae, la Seriema, contrairement au Nandou, vit seule ou en couple. La Seriema tient son nom, issu du Tupi, des plumes érectiles qui forment une huppe juste au-dessus de son bec, détail que nous n’avons encore pas  remarqué sur les peintures.

Autre grand échassier, le Jabiru d’Amérique, de la famille des cigognes, se reconnaît aisément à son long bec en « pelle »[ii] et à ses ailes souvent ouvertes, les rémiges bien séparées.

Par son profil ramassé, comme « bossu », et son cou déplumé, l’Urubu noir, de la famille des vautours,  se reconnaît également facilement.

Figure 1 - De gauche à droite en haut : Nandou – Toca do Caldeirao do Rodriguez II ; Jacu – Toca do Paraguaio ; Tinamou ? – Toca das Quincas ; en bas : Urubu – Toca do Entrada do Baixo da Vaca ; Jabiru – Toca do Paraguaio ; Toca do Caldeirao das Canoas ; échassiers, Seriema ? – Toca do Caldeirao do Rodriguez II © P. Binant

Figure 1 – De gauche à droite en haut : Nandou – Toca do Caldeirao do Rodriguez II ; Jacu – Toca do Paraguaio ; Tinamou ? – Toca das Quincas ; en bas : Urubu – Toca do Entrada do Baixo da Vaca ; Jabiru – Toca do Paraguaio ; Toca do Caldeirao das Canoas ; échassiers, Seriema ? – Toca do Caldeirao do Rodriguez II © P. Binant

 

Le Jacu ou jacuaçu, « Faisan du Brésil », ou encore « Penelope obscura », de l’ordre des Craciformes – anciennement Galliformes, se reconnaît quant à lui à sa longue et large queue.

Enfin, diverses autres représentations ornithomorphes ne permettent pas d’identifier les espèces avec précision bien que ne laissant pas de doute quant au fait qu’il s’agisse d’oiseaux. Certaines pourraient correspondre à des individus de l’ordre des Tinamiformes, ordre spécifique à l’hémisphère sud de l’Amérique, riche de nombreuses espèces dont certaines très communes, au nom vernaculaire de Tinamou.

Dans la plupart des cas, le rendu de ces figures est tel que, sans être naturaliste, il reste proche de la réalité au point, comme nous venons de le voir, de permettre l’identification de différentes espèces parfois même, si les peintures sont altérées, à partir d’éléments partiels, caractéristiques. Cette identification peut contribuer à la datation relative de ces peintures. En effet, certaines de ces espèces ayant disparu, leur représentation, éventuellement corrélée avec des découvertes paléontologiques faites dans les fouilles, en association avec du matériel archéologique, ou non, permet d’avancer une date quant à leur présence dans cette région et, par voie de conséquence, à la possibilité de leur figuration. De façon générale, ces espèces disparues s’accordaient à un environnement plus humide que l’actuel tel que celui attesté,  localement, avant l’aridification du début de l’Holocène, aux alentours de 10 000 ans avant nos jours. Cet événement s’inscrit dans l’espace temps, compris entre 12 000 et 6 000 ans avant nos jours, des datations généralement admises pour ces peintures.

La force des détails est une particularité marquée des peintures de la Serra da Capivara qui présentent souvent un souci de minutie. Ce souci est présent quelque soit l’angle de représentation et celui-ci est très varié, même si la vue de profil reste la plus fréquente, on en connaît aussi de face, de dos et peut-être même vu de dessus. Certains graphismes, simples, peuvent également être rapportés aux oiseaux comme la forme en trident d’une possible figuration d’empreinte, parfois en nombre, les unes derrière les autres, comme un cheminement dont on suivrait les traces, ou encore une ligne horizontale avec quelques traits perpendiculaires comme une aile, isolée. Il n’est cependant pas toujours possible d’affirmer leur caractère ornithologique.

S’agissant d’oiseaux, pourtant, le vol est peu représenté. C’est sans doute la raison qui ne les impose pas à notre regard comme des oiseaux mais plutôt comme des animaux terrestres, puisque posés au sol. De fait, à l’exception du jabiru et de l’urubu, l’essentiel des espèces identifiées ont un vol peu performant. Certaines sont même inaptes au vol, comme le Nandou.

A défaut de vol, nous avons des plumes ! Non plus sur l’oiseau mais sur l’homme dont de nombreuses représentations témoignent déjà de l’utilisation comme élément de parure, particulièrement pour des coiffes dont certaines, d’après la forme, sans doute très proches de celles qui font la renommée de l’art de la plumasserie d’actuelles populations natives du Brésil.

Figure 3 - Les oiseaux n’ont pas d’oreilles - Toca do Boqueirao do Pedro do Rodriguez © P. Binant

Figure 3 – Les oiseaux n’ont pas d’oreilles – Toca do Boqueirao do Pedro do Rodriguez © P. Binant

Figure 2 - Figure à l’allure d’oiseau qui n’en est pas un  – Toca do Salitre © P. Binant

Figure 2 – Figure à l’allure d’oiseau qui n’en est pas un – Toca do Salitre © P. Binant

Ainsi donc, à l’étude, ce qui paraissait absent se révèle omniprésent : les ornithomorphes sont nombreux sur les peintures de la Serra da Capivara, oiseaux certes mais terrestres plus qu’aériens, pédestres plus que volants, aux ailes peu déployées sinon par leurs plumes sur la tête des hommes, amorçant peut-être ainsi un phénomène d’hybridation. Pour une ouverture vers un approfondissement de cette réflexion de l’hybride, nous retiendrons également une étrange scène dans la Toca do Gilberto où un anthropomorphe semble accoucher un nandou d’un improbable petit, lui qui pond des œufs ; cette figure, en pied, aux allures d’oiseau sans en être un (Fig. 2) ; ou encore, une série au milieu de laquelle les ornithomorphes laissent la place à des quadrupèdes. Métamorphose, Hybridation ? Si ce quadrupède se révélait être un cervidé dont le nandou est par ailleurs un compagnon naturel, nous aurions alors une association ornithomorphe/cervidé récurrente dont il n’est pas impossible, à mieux y regarder, que certaines représentations ambigües soient des figures composites : « cerf oiseau » ou « oiseau cerf » (Fig. 3) ?

A suivre.

Communication présentée lors de la journée d’étude du projet TransImage, le 1er mars 2013

Pascale Binant, CNRS / UMR 7041 ArScAn / AnTET, Anthropologie des Techniques, des Espaces et des Territoires au Pliocène et Pléistocène, binantpascale@gmail.com


[i] FAURE M., GUÉRIN C. et  MOURER – CHAUVIRÉ C. 2010 – « L’art rupestre du parc national Serra da Capivara (Piaui, Brésil) », « A arte rupestre do parque nacional Serra da Capivara (Piaui, Brasil) »Congresso Internacional da IFRAO 2009 – Piauí / BRASIL, FUNMDHAMentos, N°9

[ii] GUIDON N. 1975 – Peintures rupestres de Varzea grande, Piaui, Brésil, Cahiers d’Archéologie d’Amérique du Sud, 3, Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

 

 

 

prep prepprep