LA NARRATION VISUELLE AU PROCHE-ORIENT ANCIEN III : LES MODALITÉS D’ÉVOLUTION DU DISCOURS NARRATIF À LA FIN DU BRONZE ANCIEN

par Barbara Couturaud

La fin du Bronze ancien est marquée par la transition entre ce que l’on appelle habituellement la période des Dynasties Archaïques (2900-2300 av. J.-C.) et la période akkadienne (2300-2100 av. J.-C.). Cette transition marque une étape supplémentaire dans la complexification des sociétés urbaines, d’abord organisées en réseau de cités-États puis intégrées au premier « empire » akkadien vers 2300 av. J.-C. Cette période représente également un bouleversement politique et idéologique majeur qui s’est notamment exprimé à travers l’iconographie.

Figure 1. L’Étendard d’Ur, seul panneau figuratif incrusté retrouvé intact, interprété comme un étendard cérémoniel porté en triomphe au sommet d’une hampe à l’occasion de défilés militaires et destiné à célébrer une victoire, donc comme un objet à vocation commémorative par le biais d’une iconographie narrative (Ur ; coquille non nacrée, lapis-lazuli, calcaire rouge, bitume, bois ; ht. 20,3 cm ; 2550-2400 av. J.-C. ; British Museum) © British Museum. (http://www.britishmuseum.org/images/an12545_l.jpg)

La majorité des objets figuratifs datant de la période des Dynasties Archaïques tels que l’Étendard d’Ur, la stèle des Vautours ou encore les plaques perforées, sont interprétés comme des objets à vocation narrative, destinés à raconter et à commémorer une victoire militaire. Or, pour qu’une composition soit pleinement considérée comme narrative, elle doit non seulement se rapporter à un événement précis, mais également présenter suffisamment de détails qui permettent d’identifier les protagonistes, le sujet et le contexte, de manière à faire comprendre qu’il s’agit de la transcription d’un événement réel.

Figure 2. Exemple d’une plaque perforée représentant différents individus autour d’un banquet (Khafajah ; calcaire ; ht. 20 cm ; 2550-2400 av. J.-C. ; Oriental Institute de Chicago) © OIC. (https://oi.uchicago.edu/sites/oi.uchicago.edu/files/uploads/shared/images/archive/highlights/A12417_001_Front.jpg)

Cependant, de nombreux indices témoignent que les compositions s’orientent plutôt vers l’évocation de scènes de victoire destinées à glorifier et magnifier les pouvoirs locaux en place : absence de détails relatifs à l’environnement ou au temps qui ne permettent pas de raccrocher la représentation à un événement quelconque, ou encore anonymat de la majorité des personnages représentés. Ainsi, à quelques exceptions près comme la stèle des Vautours qui figure un souverain clairement identifié, ce n’est généralement pas tant le roi qui est destiné à être glorifié, mais bien les élites locales. De plus, il ne s’agit pas de raconter ni de commémorer une victoire comme un événement historique, mais bien de valoriser la force et la prédominance d’un groupe social. Il s’agit là d’évocation, fondée sur des motifs iconographiques répétitifs et accolés qui rythment la composition, n’impliquant en rien la cohérence ou l’historicité d’une scène.

Figure 3. La stèle des Vautours, représentant sur une face les divinités tutélaires de la cité et sur l’autre les épisodes d’une bataille et le retour victorieux des troupes (Tello ; calcaire ; ht. 180 cm ; 2550-2400 av. J.-C. ; musée du Louvre) © RMN. (http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/LAOZ4U/95-016065.jpg)

À l’époque akkadienne, le paradigme change, et pour cause : la dynastie akkadienne s’empare pour la première fois de l’intégralité du Proche-Orient. Ce système, qui a fait suite à celui des cités-États, met en place de nouveaux moyens de gestion des territoires et opère un basculement idéologique sur la personne du souverain : c’est le début de légendes à la gloire du roi et les images le valorisent en unique bienfaiteur du peuple, seul à prendre les décisions. Il est concrètement magnifié et parfaitement identifié au centre des compositions. On assiste en même temps à la disparition de toute une catégorie d’artefacts qui existaient à l’époque précédente, parmi lesquels les panneaux figuratifs incrustés, les plaques perforées ou encore les petites statues votives. Les images sont alors destinées à ne glorifier que le souverain dans des compositions qui usent de la narration visuelle dans une volonté affichée de glorification historique d’un personnage.

Figure 4. La stèle de Naram-Sin, emblématique des débuts de la narration visuelle : l’aspect événementiel de la représentation ne fait aucun doute grâce aux multiples détails qui situent l’action dans un lieu précis, montrant des ennemis caractérisés et un chef de guerre identifié (Suse ; calcaire ; ht. 200 cm ; 2200-2150 av. J.-C. ; musée du Louvre) © RMN (http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/WAL8NH/09-541369.jpg)

 Barbara Couturaud (UMR 7041 ArScAn, Ifpo) bcouturaud@yahoo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *