Beuverie et burlesque dans l’imagerie laconienne : réflexions autour du kômos et de l’obscène

par Adrien Delahaye

L’évocation de Sparte renvoie immédiatement à deux stéréotypes majeurs : l’austérité et le militarisme. La difficulté à dépasser ces stéréotypes réside dans ce que F. Ollier a appelé le « mirage spartiate » : la réalité historique de la cité semble avoir largement disparu derrière la somme des discours orientés de la tradition littéraire. D’où l’intérêt de faire appel aux sources iconographiques laconiennes. La tradition littéraire dépeint la société spartiate de l’époque classique, voire hellénistique. Les œuvres, les images des producteurs laconiens datent quant à elles de l’époque archaïque et nous dépeignent un imaginaire parfois très éloigné de cette austérité supposée.

Coupe laconienne 192 du Cabinet des Médailles de la BNF. Peintre de la Chasse, vers 550-530 av. J.-C. (cliché A. Delahaye)

Coupe laconienne 192 du Cabinet des Médailles de la BNF. Peintre de la Chasse, vers 550-530 av. J.-C. (cliché A. Delahaye)

L’une des grandes sphères de l’imagerie laconienne est celle du banquet, de la commensalité et du vin. En cela, la production laconienne ne diffère guère de celle des autres séries céramiques, puisque l’on retrouve les mêmes proportions de vases illustrant cette thématique dans les styles corinthien, attique ou béotien. Le thème panhellénique du kômos — une figuration plus ou moins abstraite d’une fête collective, d’un moment de réjouissances, qui peut associer vin, musique, danse et burlesque et qui est souvent lié au symposion — se trouve notamment avoir été particulièrement plébiscité par les artistes laconiens. Un sous-type, le kômos obscène, apparaît à Corinthe et en Béotie dès le début du VIe siècle av. J.-C. Plus tardivement, à la fin du siècle, on en trouve en bien plus grand nombre à Athènes.

Coupe laconienne E1986 du Musée de Pratica di Mare. Peintre de Naucratis, vers 560-550 av. J.-C., trouvée dans le Sanctuaire des treize autels à Lavinium (dessin C.M. Stibbe, Lakonische Vasenmaler. Supplement, Mayence, 2004, fig. 2, p. 19)

Coupe laconienne E1986 du Musée de Pratica di Mare. Peintre de Naucratis, vers 560-550 av. J.-C., trouvée dans le Sanctuaire des treize autels à Lavinium (dessin C.M. Stibbe, Lakonische Vasenmaler. Supplement, Mayence, 2004, fig. 2, p. 19)

Une approche comparatiste de ces sources iconographiques laconiennes rend possible une reprise de la question de l’austérité spartiate à l’époque archaïque. À travers ce thème du kômos, et plus spécifiquement les scènes obscènes, il est possible d’affirmer que les artistes laconiens traitent ce thème dans des proportions équivalentes à celle des autres styles.
D’autre part, des éléments extérieurs, essentiellement corinthiens, sont évidents mais les nombreux ajouts et modifications révèlent une réappropriation de ces éléments et même une part d’inventivité, d’innovation véritable. Soit autant de signes d’un dynamisme propre des artistes laconiens. On ne peut postuler la simple imitation de modèles extérieurs, sans lien avec le contexte laconien. Il est par conséquent possible d’utiliser ces sources iconographiques comme une clef d’accès vers l’imaginaire de la société spartiate et laconienne.
Les nombreuses représentations des comastes et de leurs excès quant à la consommation du vin, la danse, la pudeur ou le contrôle de soi, s’accommodent mal des stéréotypes de l’austérité spartiate et devraient contribuer à leur remise en cause et à une nouvelle datation d’une supposée révolution lycurguéenne imposant l’austérité dans la cité.

Adrien Delahaye, allocataire doctorant, Centre Michel de Boüard-CRAHAM UMR 6273 (UCBN/CNRS), Université de Caen Basse-Normandie, adrien.delahaye@unicaen.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *