L’arc d’Orange et ses présents

par Florian Stilp

La réception que l’arc d’Orange a connue depuis le XIIème siècle s’exprime dans des textes et images manifestant de tels contrastes que ces documents ne semblent pas toujours se référer à un même monument, si nous les considérons avec le regard de notre propre présent.

L’arc d’Orange vu du nord-est, photo par Florian Stilp

L’arc d’Orange vu du nord-est, photo par Florian Stilp

L’arc romain d’Orange a capté l’attention de personnes d’époques et d’intérêts fort différents. Il a été perçu, par exemple, comme modèle architectural idéal, comme triste ruine ou, au contraire, comme ruine évocatrice dans un paysage pastoral fictif, en passant par de multiples reconstitutions de son possible aspect antique. Nous nous trouvons ainsi devant un dossier de témoignages de nature hétérogène et de ce fait passionnants pour toute recherche dédiée à la dynamique des images.

Johann Bernhard Fischer von Erlach, « Entwurff einer historischen Architectur », tome second, détail de la planche V (1721/1725)

Johann Bernhard Fischer von Erlach, « Entwurff einer historischen Architectur », tome second, détail de la planche V (1721/1725)

Ce monument antique a été, pour le dire encore autrement, transformé par le regard propre à chaque époque et à chaque spectateur-auteur. Il en résulte une variété surprenante d’approches destinées à s’approprier cette « image-objet » considérée comme remarquable dans ses passés successifs, en quelque sorte porteuse d’éclat pour tous ses remplois ou évocations. On peut s’interroger sur les raisons concrètes derrière chacune de ces appropriations qui, toujours, chargent l’image du monument, et le monument même, d’un sens ancien ou d’un nouveau sens. Ces différentes appropriations, significatives pour l’histoire culturelle, nous font également mieux comprendre l’aspect donné à l’arc d’Orange par notre propre présent. Sa prétendue « parfaite conservation » n’est finalement que le fruit du perfectionnement d’une approche déjà propre aux antiquaires modernes qui veillaient à effacer de leurs planches et descriptions toutes les traces du passé médiéval, jugé moins noble que le passé antique. Ainsi, le choix politico-culturel d’une période de référence se révèle, une fois de plus, fondamental, pour la construction du passé comme pour la perception du présent.

Communication d’ouverture de l’atelier TransImage, le 7 février 2014

Ce thème a fait l’objet d’une étude détaillée dans le cadre d’une HDR soutenue par l’auteur le 23 novembre 2013 à l’Université Paris-Sorbonne.

Florian Stilp, labex Les passés dans le présent, florian.stilp@mae.u-paris10.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *